Catégories
Actualités KravMaga

Interview de Valentina Shevchenko avant l'UFC 255 contre Maia

Note de l'éditeur: si vous achetez quelque chose via l'un de nos liens, nous pouvons gagner une commission.

Nous sommes le 9 mars 2020. Le COVID-19 commence à faire rage à New York. À l'intérieur d'un immeuble de bureaux du centre-ville de Manhattan, les travailleurs commencent à emballer des cartons, à commander du désinfectant pour les mains en ligne et à se préparer à travailler à domicile dans un avenir prévisible. Un moniteur de bureau à l'écoute de CBS montre un marché en chute libre, en baisse de plus de 1000 points.

Cela a pour effet d’éclipser la tournée médiatique de Valentina Shevchenko à Manhattan. Elle était censée être sur un tour bien mérité. L'artiste martiale mixte professionnelle péruvienne née au Kirghizistan – et nous insistons sur l'artiste – est la championne des poids mouches des femmes de l'UFC, qui vient de dominer Katlyn Chookagian pour conserver sa ceinture. Elle vient aussi de frapper le cul de Halle Berry. Mais il est difficile de parler de combat avec le monde sur le point de tirer.

Ce tableau est conforme aux rythmes de la carrière de Shevchenko à l’UFC. Elle est une combattante au talent éblouissant et polyvalente, membre du Temple de la renommée au premier tour. Mais elle n’a pas l’instinct de théâtre de Ronda Rousey ou de Conor McGregor. Elle n’a pas le record sans tache de Khabib Nurmagomedov. Ou la domination de la division nette d'Amanda Nunes. Elle n’a donc jamais vraiment eu raison.

Cela pourrait changer cette semaine. Après une blessure qui l'a mise à l'écart pendant la majeure partie de cette année, Shevchenko est de retour Samedi à l'UFC 255 à Las Vegas, face à Jennifer Maia du Brésil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *